Références judéo-chrétiennes dans l'entretien 76
Menu précédent
Accueil

Page
Dialogues avec l'ange
Tradition judéo-chrétienne
Référence
340



Fête de l'archange Michaël
« MICHAËL,
TA BALANCE PÈSE,
TON GLAIVE TRANCHE,
ET CE QUI ÉTAIT VIVANT TROUVE LA VIE,
CE QUI ÉTAIT MORT MEURT. »
(...)
« MICHAËL, DONNE DE LA FORCE!
TOI DONT LE PIED ÉCRASE LA TÊTE DU SERPENT,
LA FORCE FROIDE, TOI SEUL, TU PEUX LA DONNER.
CE QUE TU TRANCHES EST DÉJÀ MORT. »
(...)
Tout acte fait corps avec toi,
si tu appelles le Chef des armées célestes : MICHAËL.
Il vient et tranche,
si ton acte n'est pas né de la pureté, de l'harmonie,
de l'amour, de la vérité.
Il tranche, non pas ton acte,
mais celui qui agit, car ils sont un.
Et c'est MICHAËL qui juge et c'est lui qui aide.
Appelez-le! Il vient infailliblement.

L'archange Michaël
Michaêl (ou Michel, ou Saint Michel) est dans la tradition biblique le chef des armées célestes. Il est en général représenté avec la balance du jugement dernier ou terrassant le diable, muni d'un glaive.
Comme l'indique la note au bas de la page 340, Michaêl signifie en hébreu "Qui est comme Dieu". Selon la tradition, il aurait en effet dit en combattant Satan, l'ange rebelle : « Qui est comme Dieu ? ».
Dn 12, 1-3
Ap 12, 7-9
341
Le corps du serpent est sorti de l'œuf,
malédiction que les Adam ont appelée sur terre.

Péché originel
Le péché originel est un dogme chrétien  qui présente la désobéissance d'Adam et Ève
comme un péché dont les conséquences affectent toute leur postérité. Selon le Livre de la Genèse, après avoir mangé le fruit de l'arbre de la connaissance du bien et du mal malgré l'avertissement de Dieu, Adam et Ève sont chassés du jardin d'Éden. C'est le serpent (le diable) qui a incité la femme à manger du fruit. Dieu lui jette cette malédiction : « Parce que tu as fait cela, tu seras maudit entre tous les bestiaux et toutes les bêtes des champs ; tu marcheras sur ton ventre et tu mangeras de la poussière tous les jours de ta vie. Je mettrai l’hostilité entre toi et la femme, entre ta descendance et sa descendance. Celle-ci te meurtrira à la tête et toi, tu la meurtriras au talon. »

Gn 2, 8-17
3, 1-24
341
Mais viendra le Christ, le Nouveau,
si la terre et l'Ange s'unissent en toi.

Le Christ
Jésus de Nazareth est vénéré par les chrétiens comme le Christ, traduction du mot hébreu messie, qui signifie « celui qui a été oint (consacré par une onction divine) ». Mais le Christ n'est pas le messie aux attributs royaux attendu par les juifs, il a une dimension toute autre, révélée par sa résurrection. Pour les chrétiens, le Christ est le fils de Dieu dont la mort sacrificielle rachète les péchés des hommes.

Jn 4, 25-42
Jn 20, 30-31
343



Il a marché sur la mer et II est le chemin.
Il est le puits d'où jaillit l'Eau Vive.
Si vous en buvez, vous ne serez plus assoiffés,
car cette Eau vous unit à LUI.


Jésus marche sur l'eau
Jésus resté sur la rive, voyant que la tempête s'est levée, veut rejoindre ses disciples qui ont pris la mer et peinent à ramer contre le vent.
Il vient vers eux en marchant sur la mer.

Jésus, chemin vers le Père
Jésus lui dit [à Thomas] : « Je suis le chemin et la vérité et la vie. Personne ne va au Père si ce n'est par moi. Si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père. Dès à présent, vous le connaissez et vous l'avez vu. »

L'eau vive
Jésus discute avec une Samaritaine  qui vient chercher de l'eau au puits. Il évoque "l'eau vive" :
« Quiconque boit de cette eau-ci aura encore soif ; mais celui qui boira de l'eau que je lui donnerai n'aura plus jamais soif ; au contraire, l'eau que je lui donnerai deviendra en lui une source jaillissant en vie éternelle. »

Mt 14, 22-33
Mc 6, 45-52
Jn 6, 16-21



Jn 14, 1-14






Jn 4, 1-15
343



Sang et pain ne suffisent plus.

L'Eucharistie
Les chrétiens célébrent l'Eucharistie en mémoire du dernier repas de Jésus avec ses disciples avant son arrestation et sa cruxifiction. Au cours du repas, il partagea le pain et le vin, symboles de son corps et de son sang offerts en sacrifice. Lors des célébrations, le pain est le plus souvent présent sous forme d'hostie (rondelle mince de pain sans levain) et le vin mis dans un calice (vase sacré en forme de coupe). Ils sont consacrés (bénis) sur l'autel, puis partagés lors de la communion.

Mt 26, 26-29
Mc 14, 22-25 Lc 22, 15-20


Saint Michel
Saint Michel pesant les âmes, polyptyque du Jugement dernier de Rogier van der Weyden (1443-1446), Hospices de Beaune.
(Source : Wikipedia)
Saint Michel
Saint Michel terrassant le dragon de Francisque Duret (1804-1865), Fontaine Saint-Michel, Paris. (Source : Wikipedia)